dimanche 7 janvier 2018

Collège Montessori

Je vous avais promis un article sur le collège Montessori, le voici enfin!Cet article est le fruit de mes lectures ainsi que de ma brève expérience au collège Montessori les Aiglons en juin et septembre/octobre dernier. J'espère pouvoir l'enrichir grâce à un temps d'observation supplémentaire cette année si j'arrive à trouver le temps.


Le collège Montessori des Aiglons en Haute-Savoie

Petit historique

Maria Montessori n'a pas eu le temps de développer sa proposition pour le collège. A la fin de sa vie elle a voulu se concentrer sur le développement de l'enfant de 0 à 3 ans qui lui semblait tellement important pour la construction de l'humain et, aidée de son fils, elle a travaillé à l'éducation cosmique des 6-12 ans.
Néanmoins, elle avait une idée assez précise de ce à quoi le collège devait ressembler et elle avait commencé à tracer les grandes lignes de ce qu'il devrait être dans son livre "De l'enfant à l'adolescent."
C'est seulement  dans les années 90 qu'un groupe de montessoriens américains, sous la direction de David Kahn s'est penché sur le collège avec le projet de mettre au point une proposition pédagogique qui respecte le plan de développement 12-18 et les idées de Maria Montessori. Ce groupe a pu avoir accès à tous ses écrits sur le sujet et le collège de Hershey a vu le jour en 2000 dans l'Ohio. Il reste la référence à ce jour pour le 12-18 ans. Certaines des images qui illustrent ce billets sont issues de leur site.


Les caractéristiques des 12-18 ans

Lorsqu'il arrive à 12 ans, l'enfant en tant que tel disparaît. Il laisse place à l'adolescent qui représente l'embryon de l'adulte. Physiologiquement parlant, après la période de calme du 6-12, c'est un véritable chambardement physique et émotionnel que l'adolescent va traverser.
Son corps change pour prendre progressivement son apparence adulte. Un changement qui s'accompagne d'une tempête hormonale, d'une restructuration profonde du cerveau et d'une plus grande vulnérabilité à la fatigue et aux maladies que dans la période précédente.
Ce bouleversement physique amène également une grande sensibilité émotionnelle qui s'était pourtant apaisée dans la période 6-12. L'adolescent réagit au quart de tour à la critique, son estime de soi est plus fragile. Il va falloir l'accompagner avec douceur et tact, comme lors de la période 3-6 ans.

La période de l'adolescence n'est pas la meilleure pour l'acquisition des connaissances académiques. Autant l'enfant de 6-12 est un véritable explorateur du savoir, doté de son esprit comprenant qui l'équipe pour traverser l'âge "du plus grand effort intellectuel", autant l'adolescent éprouve moins d'attirance pour le savoir pur et s'intéresse plutôt aux relations humaines et aux structures de la société.
L'esprit comprenant laisse place à l'esprit humaniste. Depuis sa naissance jusqu'à 12 ans, l'enfant s'est construit en tant qu'individu, maintenant, il va se construire en tant qu'homme social. Entre 6-12 ans, les autres avaient déjà joué un rôle très important pour lui et étaient indispensables à sa formation mais sa famille restait le point d'ancrage. Maintenant qu'il s'intéresse aux sociétés et aux communautés, il va avoir besoin de prendre sa place dans une mini-société et de prendre ses distances avec le modèle familial pour faire ses propres expériences. Il prend son indépendance.

En dehors du système Montessori, nous voyons s'exprimer cette tendance des adolescents: ils ont un très fort besoin d'appartenir à un groupe, à une tribu dans laquelle ils vont prendre leur place. Ils considérèrent parfois leurs parents avec condescendance comme s'ils étaient totalement dépassés. Leurs demandes de vêtements de marque ou de téléphones derniers cris sont également une manière de répondre à cette tendance naturelle de leur développement.
Malgré son apparence d'être devenir un électron libre incontrôlable, l'adolescent reste tout de même fragile. Il a besoin d'être compris, reconnu et accepté tel qu'il est et de se sentir utile.

La proposition Montessorienne

Pour répondre aux besoins des adolescents, Maria Montessori propose une structure qui va leur permettre de concilier leur besoin d'indépendance et leur besoin d'être soutenus et compris.
Puisque la période 12-18 est celle pendant laquelle les adolescents s'interrogent sur le fonctionnement des sociétés humaines et qu'ils ont besoin d'avoir des responsabilités, Maria Montessori leur propose rien moins que de créer un modèle réduit de société entre eux, dont ils seront responsables, en co-gestion avec un petit groupe d'adultes bienveillants.
6-12, c'était le temps de la bande, du clan, 12-18, c'est le temps de la société.

Pendant toute la formation de l'enfant, Maria Montessori aime le faire passer par les étapes de développement de l'être humain. C'est la fameuse idée du microcosme qui reflète le macrocosme. Ainsi, la période 3-6 ans correspond à l'âge des premiers humains: il faut répondre aux besoins primaires, se construire en tant qu'humain. La période 6-12 correspond à celle des humains nomades: ils vivent déjà en groupes organisés, ils ont acquis suffisamment de techniques pour se lancer dans une exploration plus poussée du monde qui les entoure.
La période 12-18 correspond aux premières civilisations: le moment où l'Homme s'installe sur un territoire et développe une société organisée, des techniques et de l'art à un niveau encore plus grand.
Ces premières sociétés reposent sur l'agriculture et l'élevage qui permet de subvenir aux besoins vitaux et permet le développement des techniques et le commerce. A la base de ces premières civilisations, il y a toujours une société rurale riche (croissant fertile, vallée de l'Indus...).

1. Un établissement rural 

Photo du site du campus d'Hershey
Ainsi la proposition d'installer les adolescents à la campagne coule de source: ils pourront revivre le développement des premières civilisations en pratiquant agriculture et élevage et pourront trouver un environnement sur lequel ils auront plus de possibilité de maîtriser tous les aspects de leur mini-société que s'ils étaient en ville où ils n'ont pas la même liberté de décision que sur une domaine agricole.
Le contact avec la nature est non seulement bénéfique pour les adolescents en leur offrant un mode de vie sain où ils vont pouvoir développer leur corps par des travaux en plein air, mais il offre aussi un environnement apaisant par le contact avec le rythme lent et cyclique du végétal et avec les animaux.

Les nombreuses activités autour de la ferme leur permettent
- de comprendre la réalité économique du secteur primaire de l'économie,
- d'exercer leur responsabilité car c'est à eux de prendre soin des animaux et de s'occuper des productions agricoles,
- de répondre à leur besoin d'indépendance car ce sont eux qui vont décider des productions,
- de répondre à leur besoin d'autonomie financière car la production peut soit être utilisée pour leur alimentation, soit pour la vente,
- de proposer des situations d'apprentissage réelles et variées. En effet, ces activités ouvrent le champ à de nombreux apprentissages dans le cadre des sciences et des mathématiques, mais aussi, de manière plus indirecte, à des sujets de sciences humaines. Ainsi, l'entretien d'une mare donnera l'occasion de travailler les milieux humides, les besoins des plantes et des animaux de ces milieux, la notion d'éco-système mais peut aussi ouvrir sur les notions autour du climat, de la vie des hommes en milieux humides, leur localisation, leur mode de vie, leur Histoire... L'élevage de quelques vaches pourra donner lieu à de nombreux apprentissages autour de la reproduction des mammifères, des transformations par les bactéries s'il y a production de fromage avec toutes les notions autour de l'hygiène qui peuvent ouvrir sur de la biologie et de la chimie, de la technologie pour l'emballage, de l'économie autour de la vente des produit, sans compter encore de la biologie et de la chimie autour du fumier produit par les vaches et sa valorisation...
- d'être dans un rythme de vie qui laisse le temps à la réflexion et à la méditation.

2. Un internat


Une chambre du collège des Aiglons

Le choix de proposer une scolarité en internat se trouve justifié à plusieurs titres:
- Le collège se situant à l'extérieur des villes, le temps de trajet peut être long et générer une fatigue inutile si l'adolescent est externe (une problématique que connaissent malheureusement bien les adolescents qui vivent en milieu rural et qui ont parfois une heure de transport scolaire ou plus pour rejoindre leur établissement...)
- Pour être pleinement décisionnaire au sein de cette micro-société et se sentir vraiment impliqué, il est important d'y passer du temps. La micro-société ne fonctionne que s'il y a une cohésion entre les adolescents et cela prend du temps. De plus, ce doit être une expérience d'immersion qui permet au jeune de se préparer à sa vie d'adulte. On comprend aisément qu'elle n'a pas la même portée si l'ado doit co-gérer avec ses camarades tous les aspects de sa vie ou s'il fait partie de cette expérience seulement 6 à 8 heures par jour et rentre tranquillement chez lui le soir où ses parents vont gérer beaucoup de choses pour lui. Plus l'enfant vit dans la micro-société du collège, plus il a l'occasion d'exercer sa responsabilité, ce qui lui permet de progresser et de se développer.
-Cette période délicate ne se passe pas toujours très bien avec les parents. Vivre son expérience pleinement avec ses camarades la semaine et rentrer pour le week-end et les vacances lui permet d'avoir des relations plus apaisées avec sa famille. Les responsabilités qu'il a exercées lui permettent de mieux comprendre les choix de ses parents, il gagne en maturité et apprécie plus ce que sa famille a à lui apporter

3. Un exemple complet de société économique et humaine.

Au sein de leur établissement, les adolescents vont pouvoir voir fonctionner les 3 grands secteurs de l'économie d'une société, y prendre part, comprendre comment ces secteurs sont reliés et interdépendants et commencer à sentir quelle voie les attire pour leur vie d'adulte.
Le domaine agricole leur permet de bien comprendre le secteur primaire de l'économie, celui de la production de matières premières.
La production obtenue peut être consommée telle quelle (fruits, légumes, miel, œufs) ou faire l'objet d'un transformation (fromage, conserves, salaisons, gâteaux, objets fabriqués...). Ce sera l'occasion d'expérimenter le secteur secondaire de l'économie: celui de la transformation.
Si les productions agricoles ne s'y prêtent pas, ce 2ème secteur peut néanmoins être expérimenté par des expériences de micro-économie en fabrication d'objets avec des matières premières ne provenant pas du domaine (bois, verre, carton...)

Photo du campus d'Hershey

Enfin, Maria Montessori prévoyait que le secteur tertiaire, celui des services, puisse être expérimenté sous la forme d'une hôtellerie adossée au collège, accueillant voyageurs, visiteurs et parents désireux de partager le quotidien de leur enfant.
Chaque adolescent est amené à participer à chacun de ces domaines et à prendre part aux processus de décision les concernant. En effet, les activités doivent pouvoir fonctionner de telle sorte qu'elles puissent produire de l'argent ou au moins ne pas en faire perdre. Il ne s'agit pas d'activités occupationnelles "pour gosses de riches qui veulent découvrir la vraie vie", mais bien d'une expérience d'indépendance qui nécessite que chaque investissement soit pesé par rapport à ce qu'il peut rapporter. Dans l'idéal, Maria Montessori aurait aimé que chaque adolescent puisse réaliser son indépendance économique. Dans la réalité, c'est malheureusement beaucoup plus compliqué mais le collège Montessori permet tout de même d'avoir une activité économique qui permet de réaliser des projets pour la communauté.

Sur le plan humain, les adolescents sont amenés à prendre en main leur destinée au collège en co-gestion avec les adultes qui fixent un cadre et sont garants de la sécurité. De même que les 3-6 prennent soin de leur classe, les 12-18 s'occupent de l'entretien de leur lieu de vie (classes, salles communes, chambres, sanitaires, cuisine mais aussi ferme), de leur alimentation, de leur temps libre. Ils participent donc régulièrement à des conseils de vie de classe ou de vie de la maisonnée pour prendre des décisions de manière démocratique ou régler des problèmes, mais aussi décider de célébrer ou de remercier.

Photo du campus d'Hershey


4. Un lieu d'apprentissage adapté

C'est la période précédente (le 6-12) qui était la plus propice aux apprentissages. Néanmoins, cela ne signifie pas que la période 12-18 ans soit exempte d'apprentissage académique. Maria Montessori ne souhaite en aucun cas que tous ses élèves deviennent des agriculteurs ou des artisans et veut former des esprits prêts pour l'Université dans ses établissements.

Photo du campus d'Hershey


Le cadre de vie offert dans le collège doit permettre à l'adolescent de prendre en main son parcours scolaire et de trouver du sens à ce qu'il fait. Les adultes chargés de l'enseignement travaillent selon une pédagogie de projet pluri-disciplinaire. Ces blocs de projets permettent à chacun de découvrir et intégrer une base minimale de savoirs partagée par tous, de mettre en lien des connaissances lors de projets créatifs impliquant tous types de supports (affiches, modelage, maquettes, journaux, rapports, poèmes, chanson, pièce de théâtre, œuvre d'art...) et partagés avec tous, d'étendre leurs connaissances grâce au partage des projets et d'approfondir les éléments qui les attirent le plus tout en profitant des avancées des autres.
La pédagogie de projet développée par David Kahn permet aux adolescents de découvrir par la pratique, d'alterner les phases de travail personnel et de groupe et de développer la créativité de chacun.

Créativité des collégiens autour d'un projet sur la biodiversité au collège des Aiglons


Comme en 6-12 ans, des rencontres régulières avec un adulte référent permettent de faire le point avec l'adolescent dans ses apprentissages, ses projets, ses besoins. Le lien avec la famille est bien entendu régulier.



Le collège tel que j'ai pu le voir

La première fois que j'ai mis les pieds au collège des Aiglons, c'était en février dernier, lors de portes ouvertes. Le bâtiment en lui-même m'avait fortement déplu, je trouvais l'ambiance froide et je ne m'imaginais pas y scolariser mes enfants. Plus tard, peut-être...

4 mois plus tard, quand j'arrive pour ma première intervention en tant que remplaçante, mon impression est tout autre! Pourtant le bâtiment est toujours le même, mais il y a quelque chose d'essentiel qui y manquait en février: la communauté des adolescents.
Elle est joyeuse, chaleureuse. Pourtant, comme dans tout groupe, et d'adolescents, qui plus est, il y a des tensions, des petits problèmes. Malgré tout, ce qui me frappe immédiatement, c'est le positionnement général des jeunes vis à vis des adultes. C'est presque impalpable, indéfinissable, mais ça n'a rien à voir avec l'entrée de n'importe quel autre collège.
Méfiance, défiance, évitement, arrogance, posture, ce sont les mots qui me viennent lorsque je pense aux ados que je croise régulièrement aux entrées de collèges de la ville (et ce ne sont pas des collèges défavorisés!)
Là, je vois des jeunes gens dans l'ouverture, moins dans la posture et plus dans la vérité de leur construction actuelle. Ils restent bien des jeunes gens de leur époque, mais ils sont plus accessibles et plus tranquilles aussi. Je dirais qu'ils accordent plus facilement leur confiance à l'adulte et que pour la plupart, ils acceptent plus facilement de partager ce qui les touche et les belles idées auxquelles ils croient.

Avant même de voir l'enseignement, je comprends très vite que ce qui fait la richesse de cet établissement, c'est justement l'internat et la qualité des adultes qui s'occupent de la vie de la maisonnée.
Le collège n'accueille pas que des enfants montessoriens, loin de là. Et comme on peut s'en douter, une bonne partie de ceux qui arrivent ici après un parcours en système classique n'a pas eu un vécu idyllique avec l'école. Tout est donc loin d'être facile sur le plan scolaire et parfois aussi au plan de de la vie communautaire pour ces enfants-là. Il faut d'ailleurs écrire une lettre de motivation et  passer plusieurs jours en intégration dans l'internat pour vérifier sa capacité à prendre sa place dans le groupe avant d'être définitivement inscrit car tous les enfants ne sont pas prêts à vivre cette expérience.
Ce serait mentir que de dire que les enfants qui arrivent avec un retard scolaire le rattrapent rapidement ou se mettent tous immédiatement au travail, surtout dans un contexte où les enfants montessoriens ne sont pas majoritaires. Mais tous trouvent des avantages à cette scolarisation.

La vie au collège demande beaucoup d'implication. Chacun a plusieurs "responsabilités" à tenir dans la journée pour la bonne marche de la Maison et la défaillance d'un seul se fait vite ressentir et les adolescents sont les premiers à rappeler à l'ordre un camarade défaillant, mais aussi à l'aider ou à le suppléer quand il le faut. Cette implication finit par rejaillir de manière positive sur l'adolescent car se montrer à la hauteur des ses responsabilités aide à  maintenir ou restaurer une bonne estime de soi indispensable pour se lancer dans les apprentissages.
La proximité avec des adultes à la fois garants de la bonne marche de la maison mais également ouverts, à l'écoute et compréhensifs leur permet de tisser des liens forts. Pour leurs enseignants, ils ne sont pas des adolescents anonymes. Chaque adulte ne les connaît pas seulement par leurs résultats scolaires mais par ce qu'ils sont capables d'amener à la communauté. Et même l'élève le plus en difficulté sur le plan scolaire possède un domaine de talent que les adultes cherchent à mettre en valeur afin qu'il puisse libérer son potentiel et trouver sa voie.
Enfin, la micro-économie permet de réaliser que la persévérance dans le travail permet de réaliser des projets auxquels on tient et d'obtenir plus d'autonomie.

Il faut parfois du temps pour qu'un élève arrivé au collège réussisse à sortir de son cocon et à prendre son envol. Mais quelle joie de voir un élève prendre confiance en lui, accepter sa différence, demander des exercices supplémentaires sur un sujet où il sent qu'il a du mal, prendre plaisir à un exercice qui l'ennuyait auparavant parce qu'il a pris sa vie en main et veut avoir le contrôle.
Ceux qui ont quitté le collège après la 3ème gardent un lien très fort avec leurs enseignants et leurs camarades. Ils n'hésitent pas à y revenir en visite. Le collège a été un moment important dans leur vie et ils en ressortent plus construits.

Pour conclure

Le collège Montessori reste encore expérimental en France et c'est bien dommage. Les lourdeurs administratives rendent la création d'un internat très complexe mais il faut espérer que ce type d'établissement pourra se répandre en France.
Aux Etats-Unis, des expériences de collèges Montessori en ville commencent à avoir lieu comme alternative à l'internat pour rendre son accès plus facile, en France le collège de Mouans-Sartoux fonctionne sans internat mais sur une base qui respecte très fortement la proposition de Maria Montessori, ce qui est loin d'être le cas de tous les établissements secondaires se réclamant de Maria Montessori.
J'espère que cet article vous aura aidé à mieux comprendre la spécificité du collège Montessori et peut-être aura-t-il aiguisé votre envie d'en voir se développer en France.

Pour prolonger cette longue lecture, je vous invite à aller voir le site du collège des Aiglons.
Celui du collège de Mouans-Sartoux.
Et celui du campus d'Hershey aux Etats-Unis (en anglais).


2 commentaires:

  1. Bonjour,
    Merci pour cet article étayé qui m'intéresse d'autant plus que nos enfants sont actuellement en école montessori et que nous envisagions justement ce collège (nous sommes de l'Isère)...mais difficile de ce faire un idée à distance et il en existe si peu...
    Sauriez vous ce que sont devenus les enfants intégrant ensuite le lycée "classique" (j'imagine?), intégration, niveau scolaire..?
    Vous remerciant pour toutes ces informations ^^
    Au plaisir
    Aline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Aline,
      A l'issue de la 3ème, comme dans tous les collèges,les enfants s'orientent vers des parcours différents selon leur niveau et leur projet. Ceux qui le peuvent et le souhaitent passent l'examen d'entrée en seconde (à peu près similaire au brevet) et intègrent un lycée classique. Je ne connais pas suffisamment les anciens pour vous donner des informations précises mais la directrice semblait avoir des nouvelles très positives des anciens ayant intégré un lycée.
      D'autres élèves sortent du collège pour un parcours en apprentissage ou en lycée professionnel ou en seconde passerelle.
      Si vous souhaitez en savoir plus, n'hésitez pas à vous rendre aux prochaines portes-ouvertes du collège le 10 mars prochain de 10h à 16h. Vous pourrez rencontrer les membres de l'équipe et poser vos questions.

      Supprimer